Accueil > Actualites > Actualités archivées > Trophée 2015
Trophée 2015

MINI-ENTREPRISES 2015 : UN TROPHEE TOUT NOUVEAU, TOUT BEAU !

Entretien avec Bruno Cornée, enseignant en modelage au lycée Pierre Forest de Maubeuge, et concepteur inspiré du trophée 2015.

 

trophee2015

Vous avez donc imaginé et réalisé le trophée 2015 des mini-entreprises. Vous nous expliquez sa conception ?

C’est un trophée qui est réalisé à base de plexiglas et de bois, avec des lettres en résine blanche colorée. J’ai d’abord eu envie de travailler mon matériau favori, le bois ou ses dérivés. En complément, le plexiglas s’est imposé comme une évidence pour jouer avec la transparence et la modernité.

  • J’ai imaginé une imbrication de 3 ellipses, de la plus grande à la plus petite : elles symbolisent à la fois les étapes d’un projet qui grandit, et l’ensemble des influences qui gravitent autour.
  • En donnant une inclinaison à l’ensemble, j’ai voulu exprimer les orientations que prennent les projets au cours de leur évolution !

Enfin, j’ai choisi un bois clair, le chêne, légèrement teinté avec un effet brillant satiné.

J’ai beaucoup aimé travailler sur ce projet, car la sculpture est ma deuxième passion. Je remercie EPA de m’avoir fait cet honneur, c’est un très beau symbole.

 

Pour concevoir le trophée des mini-entreprises, vous avez utilisé la technique que vous enseignez : le modelage. En quoi cela consiste ?

Le modeleur conçoit la pièce finale qui sera utilisée en fonderie pour y mouler un objet. En amont, il conçoit les maquettes en 3D servant à la conception de ce moule, et le réalise en utilisant des matériaux tels que le sable, le plâtre ou des résines.

 

C’est un métier technique, qui demande aussi de la créativité et du savoir-faire ?

En effet, le modeleur doit maîtriser ses outils, mais c’est surtout lui qui imagine les formes et travaille les volumes. Pour cela, il a une formation de maquettiste et doit maîtriser les logiciels 3D. Par la suite, chaque modeleur développe sa propre technique en fonction des outils dont il dispose. Il n’y a pas de méthode-type prédéfinie, c’est donc un savoir-faire que chacun va développer en fonction de sa propre créativité !