Accueil > Crédits
Stratégie Territoriale Artois

v.morel 

VALERIE MOREL,
Directrice création d’activités et de développement de l’emploi Artois Comm

 

EPA intervient bien en amont sur l’esprit d’entreprendre, dès le plus jeune âge avec des outils validés par le rectorat. Nous avancons ainsi dans un cadre de confiance. EPA a une capacité d’intervention que nous apprécions grandement !

 

 

  

 

 

Dans le cadre de la stratégie régionale La Suite dans les Idées, EPA entretient une étroite collaboration avec la communauté d’agglomération Artois Comm.

Depuis maintenant 3 ans, Artois Comm. a entamé une démarche stratégique d’initiative à l’entrepreneuriat et de création d’entreprises sur le territoire. Avec près d’une centaine d’actions menées en 2014-2015 sur le bassin académique Béthune-Bruay, la collaboration avec EPA et avec les  autres partenaires de l’entrepreneuriat a commencé à porter ses fruits sur le territoire de l’Artois.

 

Pouvez-vous nous situer le contexte d’Artois Comm. ?

Dans le cadre du programme pluri-annuel de sensibilisation à l’esprit d’initiative et d’entrepreneurriat, il s’agit de mobiliser un ensemble de partenaires : aux côtés d’EPA, on retrouve l’ADAIE, Aditec, , BGE, 100000 entrepreneurs,  et le Hubhouse

Le constat était clair : des actions ont déjà été menées, mais il s’agissait d’aller plus loin en terme de culture à l’entrepreneuriat sur le territoire.

 

Aller plus loin, c’est-à-dire ?

Nous sommes partis des constats suivants :

-        Un manque d’esprit d’initiative lié au passé industriel et minier de la région,

-        Une culture de la grande entreprise,

-        Une fuite des jeunes diplômés,

-        Une faible proportion de femmes créatrices d’entreprises sur le territoire.

La volonté profonde, c’est de créer un véritable terreau culturel favorable à l’esprit d’entreprendre, favorable au futur développement économique de la région.

 

Comment se sont déroulées les premières actions du projet ? Quels ont été les premiers résultats ?

-        En 2014-2015, 99 actions ont été menées, et 3241 personnes sensibilisées dans 156 établissements,

-        35% de ce public était féminin (l’une de nos priorités)

 

Comment prend forme la collaboration avec EPA ?

Nous avons mis en place une stratégie sur plusieurs publics cibles :

-        les jeunes scolarisés, en formation initiale et universitaire,

-        les demandeurs d’emploi,

-        les jeunes en situation extra-scolaire,

-        les femmes,

-        enfin, les différents acteurs de cette dynamique : professionnels de l’enseignement, de l’emploi et élus locaux.

Notamment à travers les mini-entreprises et les Camps de l’innovation, qui nous ont convaincus et séduits par leur aspect collectif, et par la mixité des publics et des établissements.

 

Quels sont vos projets avec EPA pour 2016 ?

Nous avons en effet fixé un nouvel axe stratégique :

-        Un Camp de l’innovation ciblé sur le public féminin,

-        L’intervention dans les établissements scolaires primaires, par les biais d’une action « C ma ville »

-        La proposition aux communes de mettre en place des actions dans le cadre des TAP (trad.)

-        Consolider nos actions auprès des collèges

 

Notre objectif : toucher le plus grand nombre d’établissements, la diversification des filières et la valorisation d’un grand nombre d’actions, pour faire rayonner la dynamique à travers tout le territoire.