Accueil > Vous êtes entrepreneur ? > Ils le font, pourquoi pas vous ?
Dominique Frugier, parrain...

 

d-frugier

« Je suis convaincu de l’efficacité du « Learning by doing » et de la pédagogie active, qui créent de nouvelles perspectives et suscitent des vocations bien plus tôt que les générations précédentes. »

 

Dominique FRUGIER,
Parrain de mini-entreprises depuis 2013
Créateur d’Alice Lab,
Membre du réseau Entreprendre Nord,
Chercheur en entrepreneuriat.

 

Professeur honoraire d’entrepreneuriat à l’école Centrale de Lille et créateur de DMS conseil pendant 15 ans, Dominique Frugier est depuis à la retraite.

Un retraité actif cependant :

- En 2013, il crée l’association Alice Lab (Action Learning for Innovation Creativity and Entrepreneursheap), une association d’enseignants chercheurs sur la pédagogie de l’entrepreneuriat.

- Secrétaire général de l’Académie de l’Entreprise et Innovation, qui regroupe l’ensemble des enseignants chercheurs francophones.

Il rencontre l’équipe d’Entreprendre Pour Apprendre au cours d’une formation sur les mini-entreprises, en 2013. Fervent convaincu du principe du « Learning by doing », motivé, avec l’envie d’expérimenter et d’intervenir en dehors de l’enseignement supérieur, il devient alors parrain de mini-entreprises.

 

Comment vivez-vous l’accompagnement des élèves sur l’expérience des mini-entreprises ?

C’est une pédagogie active, qui sollicite l’engagement des élèves sur une vraie gestion de projet. Même les élèves en difficulté s’y mettent : le travail en collectivité les motive. Dans la mesure où ils se sentent écoutés, ils multiplient leur énergie et leur envie de faire. D’autre part, le travail avec les enseignants est un véritable partenariat : là où je leur dispense un conseil, l’enseignant consolide avec des outils pédagogiques. On observe en effet, par exemple, qu’un travail de rédaction devient plus intéressant lorsqu’il est directement utile au projet. Les supports pédagogiques sont ainsi plus valorisés car ils ont une finalité pour l’élève.

Quels sont selon vous les points positifs que retirent les élèves de cette expérience ? Et vous ?

On distingue réellement une étincelle dans leurs yeux lors des prises de parole et lorsqu’ils se sentent écoutés. Le contexte des mini-entreprises leur donne le champ libre pour s’exprimer, discuter et échanger.

La pédagogie active diffère de l’empilement des connaissances disciplinaires : les élèves travaillent dans l’acquisition de compétences, au travers desquelles on voit s’exprimer leur envie d’apprendre. C’est alors qu’on introduit des procédés plus académiques : grammaire, orthographe, création graphique, rédaction de comptes-rendus, calcul. C’est le « learning by doing », méthode appliquée et qui rencontre tant de succès dans d’autres pays européens.

 

Avez-vous une anecdote ou un souvenir particulièrement marquants ?

Ce que j’ai remarqué, c’est la difficulté qu’ont parfois les élèves à mettre en place leur étude de marché, et qu’il s’agit d’un produit innovant : donc dans un marché qui n’existe pas encore. Ils avancent pas à pas, expérimentent, se trompent, se corrigent… Il faut alors leur apprendre à bâtir un questionnaire et établir des statistiques exploitables.

On leur apprend à être plus précis, pertinents, et à se rapprocher au plus près de l’expérience utilisateur. Pour créer un produit, je les oriente davantage vers une démarche de Design thinking plutôt que l’application des méthodes du marketing traditionnel.

 

Comment réagissez-vous aux comportements stéréotypés, ou aux préjugés liés au projet de création d’entreprise ?

Dans mon expérience de parrain, je n’ai pas vraiment eu de freins. Une fois le principe expliqué, les élèves se sont tout de suite impliqués et sont passés directement à la pratique.

 

Ce que vous avez envie de dire…

Devenir chef d’entreprise n’implique pas une prédestination. Avec Entreprendre Pour Apprendre et les mini-entreprises, on leur donne le savoir, les outils et surtout l’autonomie pour que plus tard, ils puissent envisager ce métier avec plus de confiance.

C’est tout un art de susciter des vocations !